La crise des cinémathèques... et du monde.pdf

La crise des cinémathèques... et du monde

Raymond Borde

Nées, pour quelques-unes, avant la deuxième guerre mondiale en se donnant la mission de sauver les films en péril, puisque lindustrie et le commerce les envoyaient à la destruction en parfaite légalité, les cinémathèques ont pris leur principal essor après 1945. Elles regroupèrent alors des spectateurs nombreux et passionnés, qui, mécontents de leur éducation bourgeoisement classique, souhaitaient connaître le cinéma que la pédagogie rangeait du côté du plus banal divertissement. Du coup, par la vitalité populaire des ciné-clubs, elles participèrent très activement aux phénomènes de la contre-culture qui sopposaient aux valeurs somnolentes dune culture soutenue, de manière intense, par lofficialité. Les fondateurs individuels de ces collections inédites, jugées dérisoires et que le public, pourtant, apprécia, travaillèrent sans ressources en marge des corporatismes qui dominaient le septième art avec la bénédiction de lEtat. Mais, au fil des ans, elles gagnèrent une place enviable et devinrent des institutions que les gouvernements se vantèrent enfin daider. Les nouveaux directeurs placés par le pouvoir abandonnèrent les fondateurs pauvres (en même temps que riches de leurs trésors partagés) pour devenir dobéissants fonctionnaires : gardiens au centre de leur musée, ils veillent sur des œuvres quils restaurent grâce à lappui des subventions et que de rares amateurs admirent comme les visiteurs de vases grecs sous vitrine, hors du souci de les distribuer comme autrefois. La télévision, des moyens de communication dont il est malaisé dappréhender les perspectives, une société quemporte une folle évolution, renvoient les cinémathèques au monde en sommeil contre lequel, par magie rassembleuse, elles sinsurgèrent : celui de la culture financée afin dempêcher tout réveil brutal des consciences.

16 avr. 2020 ... Pour la Cinémathèque, il n'y a pas de programmation sans éditorialisation, sans geste de programmation, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas juste de ...

4.38 MB Taille du fichier
9782825110843 ISBN
La crise des cinémathèques... et du monde.pdf

Technik

PC et Mac

Lisez l'eBook immédiatement après l'avoir téléchargé via "Lire maintenant" dans votre navigateur ou avec le logiciel de lecture gratuit Adobe Digital Editions.

iOS & Android

Pour tablettes et smartphones: notre application de lecture tolino gratuite

eBook Reader

Téléchargez l'eBook directement sur le lecteur dans la boutique www.ferraricp.com.au ou transférez-le avec le logiciel gratuit Sony READER FOR PC / Mac ou Adobe Digital Editions.

Reader

Après la synchronisation automatique, ouvrez le livre électronique sur le lecteur ou transférez-le manuellement sur votre appareil tolino à l'aide du logiciel gratuit Adobe Digital Editions.

Notes actuelles

avatar
Sofya Voigtuh

29 avr. 2020 ... La rubrique « Lettres de cinéma », sur le site de l'institution culturelle, lancée pendant la crise due au coronavirus, réunit les contributions de ... 14 déc. 2018 ... Cette visibilité, qui a mis un terme à la position de monopole dans laquelle se trouvaient les cinémathèques et les musées du film, est inédite ...

avatar
Mattio Müllers

La crise des cinémathèques et du monde (1998) de Raymond Borde et Freddy Buache. Editeur : L'Age d'Homme. Sujet : Economie. Guerre et cinéma (1991) de Paul Virilio. Editeur : Cahiers du cinéma. Sujet : Economie. La culture contre la démocratie ? (1984) L'audiovisuel à l'heure transnationale. de Armand Mattelart, Xavier Delcourt et Michèle Mattelart. Editeur : La Découverte. Sujet Pas de crise pour le ciné (1/2) - Cinéma - Télérama.fr

avatar
Noels Schulzen

La crise des cinémathèques et du monde: Borde, …

avatar
Jason Leghmann

À la Une: le coronavirus s'étend en France - Revue de ...

avatar
Jessica Kolhmann

Quel cinéaste cherche selon son expression à nous "dessiller les yeux" ? # dehors Pendant la durée de la crise sanitaire, nous vous proposons des images qui ... 16 avr. 2020 ... Pour la Cinémathèque, il n'y a pas de programmation sans éditorialisation, sans geste de programmation, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas juste de ...